Le travail à l’heure

En 2OO8,  Emmaüs  Défi  fait le constat d’une inadéquation entre les Contrats Uniques d’Insertion  qui étaient alors de 24  heures par semaine  et  les  capacités  des personnes dormant dans la rue  qui manifestent la volonté de reprendre une activité professionnelle.

En  effet,  même avec la meilleure motivation,  sortir de la rue ne peut  se faire du jour au lendemain.  La confiance en soi a grandement souffert du regard des autres. De nombreux réflexes sont à reconstruire comme  les  notions  d’horaires  ou  de  jours  de  la  semaine.  La resocialisation doit être progressive. Le travail permet de dépasser ces difficultés mais il est nécessaire d’adapter son volume aux capacités de la personne.

En partenariat avec l’association  Emmaüs Solidarité    et  son  équipe  d’éducateurs de rue basée dans le Nord  de  Paris,  Emmaüs Défi a initié  en  2OO9  le « Travail à l’heure » qui en 2011 et devenu, grâce au soutien du département de Paris, le Dispositif Premières Heures.  Il  permet  aux  grands  exclus  de  reprendre  une  activité  professionnelle  selon  un  rythme  progressif :  4h  par semaine,  puis  8h,  12h…  jusqu’au Contrat à Durée Déterminée d’Insertion (CDDI) de 26 heures hebdomadaires.

 

Moussa (en bas) et Jean-Pierre (à droite) ont tous les deux bénéficié du dispositif

Moussa (en bas) et Jean-Pierre (à droite) ont tous les deux bénéficié du dispositif Premières Heures

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et  ça marche : en 2017, parmi les 19 salariés ayant bénéficié du Dispositif Premières Heures à Emmaüs Défi, 85% d’entre eux sont sortis de la rue et ont signé un CDDI dans un chantier d’insertion.

De plus, 34% des personnes recrutées en 2017 par le chantier d’insertion d’Emmaüs Défi ont été orientées par un dispositif Premières Heures, soit par celui d’Emmaüs Défi, soit par ceux mis en place dans d’autre structures.

En effet, grâce aux efforts d’essaimage de la Ville de Paris, le dispositif « Premières Heures » est maintenant adopté par 18 structures d’insertion parisiennes. Nous travaillons également sur le déploiement du dispositif en dehors de Paris.

 

Les limites du Contrat Unique d'Insertion

Des outils destinés à la réinsertion existent et sont largement utilisés. Il s'agit par exemple des Contrats Uniques d'Insertion. Mais leur durée de 24h hebdomadaires les rend inadaptés - dans un premier temps - aux personnes qui ont traversé une période de vie dans la rue. C'est la raison pour laquelle le dispositif Premières Heures a été inventé.

Le programme Convergence, ou comment mettre la personne au centre du dispositif pour réussir l’insertion.