Tous les portraits

KAMEL

Nous partons aujourd’hui à la rencontre de Kamel, ancien salarié chez Emmaüs Défi. C’est une histoire qui ne commence pas très bien : « j’ai connu la maladie, j’ai connu la rue, j’ai connu les centres d’hébergement pendant des années ». Mais après avoir travaillé dans l’association Alternatives Urbaines pendant 1 an en tant que guide touristique, un travail qui le « guérit » et lui fait retrouver espoir, Kamel est dirigé par son travailleur social vers Emmaüs Défi. C’est le début d’un parcours d’insertion de 3 ans, qui le mènera à un CDI !

A son arrivée chez Emmaüs Défi en 2018, Kamel est déjà conscient que l’expérience au sein de la structure n’est que provisoire et constituera une passerelle temporaire pour retrouver plus de stabilité et reprendre sa vie en main. Il pense déjà à l’après, il voit Emmaüs Défi comme une opportunité de mettre un terme aux « jobs roue de secours, de dépannage et en insertion ».

Dans le chantier d’insertion, Kamel rejoint l’équipe des meubles : tri, manutention, montage, démontage, réparation, préparation du rayon meubles pour la vente… Les journées sont bien remplies et sportives ! Ce n’était pourtant son domaine de prédilection, lui qui raconte n’avoir jamais monté un meuble de sa vie… Mais cela ne le dérange pas, car il apprécie découvrir un nouveau métier. Autodidacte dans l’âme, il s’adapte facilement à ces missions : « je suis quelqu’un qui observe beaucoup puis apprend tout seul… Puis lorsque je maîtrisais le poste, j’ai formé d’autres salariés car j’aime transmettre aux autres ».

Pour enrichir son savoir, Kamel bénéficie au cours de son parcours d’une formation de deux mois en restauration de meubles, encadrée par la prestigieuse UNAMA, au cours de laquelle il obtient un certificat professionnel. « On a appris à créer, et redonner une seconde vie à des meubles : je suis très manuel et créer des nouveaux meubles me plaisait beaucoup » nous explique-t-il, avec un air nostalgique.

Chez Emmaüs Défi, Kamel est connu de tous et s’investit aussi pour les autres, en prenant part à l’organisation syndicale. Il apprécie beaucoup la grande richesse de cultures qu’il découvre parmi ses collègues. Depuis son enfance, il rêvait de voyager : chez Emmaüs Défi, il se rend compte que le voyage est venu à lui ! « Dans ce chantier d’insertion, il y a beaucoup de diversité : les salariés viennent de divers horizons, on découvre des nationalités, cultures et traditions très différentes… ».

En parallèle de son travail, Kamel reçoit un accompagnement sur la santé, le logement et le travail. C’est d’ailleurs son Chargé d’Insertion Professionnelle qui lui propose, peu avant le troisième anniversaire de son arrivée, deux semaines en immersion en tant que laveur-préparateur chez Gaston Services, une station-service mobile qui se déplace à domicile pour fournir les particuliers et entreprises en carburant ou pour laver leurs véhicules. Cette immersion est un succès : Kamel obtient un CDI !

Dans sa nouvelle entreprise, Kamel apprécie beaucoup travailler en autonomie, tout en se sentant intégré à l’équipe, avec qui il partage toujours le café du matin. Il se déplace en camion, de particuliers en particuliers pour laver et sublimer les véhicules de ces derniers. Il a d’ailleurs, développé une bonne relation avec son patron, qui lui a même proposé de travailler chez Gaston jusqu’à sa retraite !

L’expérience de Kamel au sein d’Emmaüs Défi l’a marqué : « Même si j’ai connu des hauts et des bas, l’association m’a apporté beaucoup de choses, d’un point de vue personnel et professionnel, et j’ai pu rencontrer et échanger avec beaucoup de personnes ». D’ailleurs, Kamel ne manque pas de revenir régulièrement pour avoir des nouvelles des uns et des autres, pour le plus grand bonheur des équipes d’Emmaüs Défi !

Quel regard pose-t-il aujourd’hui sur le parcours accompli ? « Il faut être motivé, avoir beaucoup de patience quand on a des problèmes d’hébergement et d’addiction… c’est dur de s’en sortir » nous confie-t-il. Mais cette souffrance est désormais derrière lui et on ne peut que le féliciter pour le chemin accompli.