CONVERGENCE : Un accompagnement concerté

 

logo-FSE-2015-complet_action

 

La grande exclusion ne peut être traitée uniquement par le travail. On pense souvent au logement ou à la santé, mais il faut tenir compte également des difficultés administratives, des questions de handicap ou encore des problèmes d’addiction. Les salariés en insertion d’Emmaüs Défi présentent en moyenne 6 ou 7 freins à la réinsertion et sont souvent accompagnés par plusieurs référents sociaux suivant chacun une problématique spécifique (hébergement, suivi RSA, suivi judiciaire, administratif et emploi).

 

LES PRINCIPES DE CONVERGENCE

Pour sortir durablement une personne de la rue, il est nécessaire de la placer au cœur de l’accompagnement. C’est l’objectif du dispositif « Convergence », qui s’appuie sur :

 

> Une durée de parcours d’insertion par le travail prolongée jusqu’à 5 ans.

> Le renforcement du chantier avec des moyens spécifiques et adaptés au public. Ainsi, à Emmaüs Défi, un éducateur est présent, et un accompagnement de proximité est proposé pour les démarches administratives ou les Rendez-Vous médicaux : ces postes ne sont pas prévus sur les chantiers d’insertion classique. Une cantine a également été mise en place pour proposer un repas chaud à tous les salariés le midi.

> Un accompagnement concerté entre les référents et/ou les travailleurs sociaux autour des besoins de la personne.

> Un accompagnement prolongé après l’accès à l’emploi et/ou à un logement durable.

> La construction d’un réseau d’acteurs au niveau du territoire parisien sur les questions de l’emploi, de l’hébergement et de la santé, animé par des chargés de partenariat dédiés.

Initié en 2012 par Emmaüs Défi dans un cadre expérimental, le dispositif est déployé depuis 2016 sur 3 autres chantiers d’insertion parisiens, dans une logique de mutualisation
(action du Pacte Parisien de Lutte contre l’Exclusion).

A ce jour, 4 chantiers d’insertion parisiens mettent en œuvre Convergence : ACI Prélude de l’association Aurore, le chantier de bio-nettoyage du CASVP (Centre d’Action Sociale de la Ville de Paris) et le chantier Rejoué.

Ainsi, plus de 200 salariés en parcours d’insertion bénéficient désormais de ce dispositif d’accompagnement renforcé.

De manière concrète, le déploiement de Convergence sur d’autres chantiers consiste en:

> La mise en œuvre sur ces chantiers des principes développés dans le cadre de la première phase expérimentale (accompagnement concerté, renforcement des ressources d’accompagnement).

> L’élargissement et la mutualisation du réseau de partenaires emploi, santé, logement et formation (cet axe étant à développer avec le recrutement d’un chargé de partenariat dédié).

> La mutualisation des chargés de partenariat qui sont mobilisables par les chargés d’insertion des 4 chantiers, au bénéfice des 200 salariés accompagnés.

 

EVALUATION DU DISPOSITIF

A la demande du comité de pilotage, 2 évaluations ont été réalisées début 2018.

 

EVALUATION D’IMPACT DE CONVERGENCE (Cabinets OPUS 3 et ImProve)

Une évaluation d’impact a été réalisée sur les résultats de l’année 2017, pour 212 salariés accompagnés sur les chantiers Emmaüs Défi et Prélude-Aurore.

Cette étude met en avant la singularité du public accompagné :

> Public en très grande difficulté, avec un cumul important de freins à la stabilisation (en moyenne 5 freins, 7 et plus pour 1/3 des salariés) ;

> Part de salariés non Français supérieure à la moyenne des ACI à l’échelle nationale (48% d’origine hors UE / 6% moyenne nationale) ;

> Proportion importante de salariés avec un parcours de rue (75% > 6 mois de rue, dont 50% > 2 ans).

Elle pointe également l’impact accru de Convergence sur les situations à la sortie :

> Emploi : augmentation des taux de sorties dynamiques (47% en 2017 vs 14% en 2012) ; les situations restent stables 6 mois après la sortie ;

> Logement : accès au logement pérenne pour 50 % des salariés sortis ; les situations restent stables 6 mois après la sortie ;

> Santé : meilleure prise en charge santé pour 3 bénéficiaires sur 4 ;

> Accès aux droits : mobilisation des droits pour ¾ des salariés.

La durée moyenne des parcours est inférieure à 2 ans (652 jours).

Pour en savoir plus sur l’évaluation de l’impact :  document de synthèse 

 

ETUDE DES COÛTS PUBLICS EVITES

Réalisée par une post-doctorante pendant un an, encadrée par Philippe Lerouvillois (cabinet ECOTA).

Méthode : évaluation de l’ensemble des coûts publics liés à la grande exclusion (emploi, santé, logement) et comparaison avec les gains générés par l’accompagnement Convergence et l’amélioration des situations en sorties. Utilisation des données individuelles de 212 salariés Convergence accompagnés en 2017 par Emmaüs Défi et Prélude.

L’étude conclut que : « Convergence investit plus sur une période plus longue pour produire une meilleure situation de sortie, moins coûteuse socialement. Ces gains en sortie produisent un délai de retour sur investissement social de 22 mois ».

Pour en savoir plus sur :

> les coûts évités : document de synthèse

> les démarches et résultats de l’analyse coûts-bénéfices : présentation détaillée

Le détail de ces études est disponible sur demande à sroche@emmaus-deif.org.

La pérennisation de Convergence sur le territoire parisien et son essaimage sur 6 villes en France font partie de la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté du gouvernement.

 

LE RESEAU PARTENARIAL CONVERGENCE

 



 

FINANCEMENT

L’expérimentation Convergence a bénéficié de financements de la DGCS (Direction Générale de la Cohésion Sociale), la Ville de Paris, la DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale), la DIRECCTE (Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi), l’ARS 75 (Agence Régionale de Santé), la Fondation Vinci pour la Cité, la Fondation Sanofi Espoir, Nexity et PAI Partners. Convergence bénéficie de financements européens via le FSE (Fonds Social Européen).

 

 

 

 

pastedimage-1 pastedimage-2 pastedimage pai fondation-vinci mairie-de-paris dir-generale-emploi-et-formation-pro dir-regionale-entreprise-concurrence-conso-travail-emploi dgcs ministere-des-affaires-soc-et-sant

·