Tous les portraits

SALOMON

Salarié en parcours en sein de l'atelier bois des ReCréateurs

Chez Emmaüs Défi tout le monde connait Salomon. Arrivé en 2015 dans le chantier d’insertion par le biais du Dispositif Premières Heures, ce salarié d’origine guinéenne travaille aujourd’hui au sein de l’atelier bois des ReCréateurs.

Depuis toujours, Salomon joue avec cette matière qu’il affectionne particulièrement : « Le bois, j’aime bien, c’est une matière que j’ai toujours touchée depuis tout petit ». Bûcheron, un temps, dans les Landes, il connaît quelques problèmes et se retrouve à la rue du jour au lendemain. C’est une maraude Emmaüs qui lui vient en aide, alors qu’il dormait dans le bois de Vincennes. Grâce à cette rencontre, il entre par le biais du Dispositif Premières Heures dans le chantier d’insertion d’Emmaüs Défi. Puis, au fur et à mesure, il augmente son nombre d’heures de travail au sein de la structure et se forme dans plusieurs ateliers (textile, meuble).

En mars 2017, il est l’un des premiers à inaugurer l’atelier bois des ReCréateurs, ce qui lui permet de renouer avec ses premières amours. Chaque jour avec ses collègues, il s’attèle à redonner une seconde vie à des chutes de bois : tabourets, mölkky, chaises polynésiennes ou encore banquette, il n’y a aucune limite dans la transformation de ces chutes.

Très heureux au sein de l’atelier, il décrit avec passion les vertus de la menuiserie : « Le bois n’est pas une matière facile à travailler, c’est très dur. Il faut de la patience, de l’envie et surtout de la curiosité. Grâce à cette formation j’ai compris comment les meubles étaient construits et montés ». Très fier de cette montée en compétences, il assure que ces qualités, qu’il développe grâce au projet des ReCréateurs, lui servent dans la vie de tous les jours. Son appétence pour le bois fait aussi partie de ses hobbies. Une fois rentré chez lui, Salomon répare des instruments de musique en bois, toujours avec cette volonté de réemployer la matière afin de lui donner une seconde chance. Un parti pris qui fait finalement écho à son propre parcours.